Cause de canonisation

 
 

La messe des quatre papes

Saints-timbresLes bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II sont maintenant inscrits dans le livre des Saints. Le pape François a présidé la cérémonie de canonisation de ses deux prédécesseurs, le dimanche 27 avril 2014, avec solennité mais aussi émotion en présence du pape émérite Benoît XVI et de plus de 800.000 fidèles réunis sur la place Saint-Pierre de Rome.

Au moment où, avant le début de la cérémonie, le pape émérite Benoît XVI est apparu, il a été reçu par une ovation des milliers de pèlerins. Lorsque le pape François a également fait son entrée dans le Place, il alla directement sur son côté gauche pour faire une accolade fraternelle à son prédécesseur.  Il a aussi serré les mains du pape émérite souriant.

Le moment le plus attendu était celui du rite de canonisation. Le pape François a proclamé saints  ses deux grands prédécesseurs du XXe siècle, maintenant appelé saint Jean XXIII et saint Jean-Paul II. Il était 10h15, en ce dimanche de la Divine Miséricorde, qui restera comme la « journée des quatre papes ».  Le moment historique a eu lieu quand le pape a déclaré solennellement en latin : « En l'honneur de la Sainte Trinité, sous l'autorité de notre Seigneur Jésus-Christ, et des saints Apôtres Pierre et Paul, nous déclarons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II ».

Les reliques des saints nouvellement proclamés ont été placées près de l'autel de l'atrium de la Place Saint-Pierre. L’acheminement et l’exposition des reliquaires a également été particulièrement touchant.
Le reliquaire en argent du pape Karol Wojtyla a été amené par Floribeth Mora, femme du Costa Rica dont la guérison, en 2011,  a été considérée comme le deuxième miracle qui a servi pour canoniser Jean-Paul II. La relique était un flacon de sang du pape polonais.

La relique de Jean XXIII est un morceau de peau qui a été extraite de son corps, exhumé en 2001, lors de sa béatification. Le reliquaire du saint  appelé « le bon pape » a été porté par Francisco Roncalli, le neveu du saint pape.

Photo-1L’homélie du pape François a été dédié aux deux nouveaux saints, Jean XXIII, « le pape de la docilité à l'Esprit Saint», et Jean-Paul II, « le pape de la famille ». Elle a été courte mais intense, marquée par un regard lucide sur l'avenir de l'Église. Précisément, François a déclaré que « les saints sont ceux qui font grandir l'Église ».  « Il a collaboré avec le Saint-Esprit pour restaurer l'Eglise dans sa physionomie originale, en lui donnant des saints à travers les siècles », a-t-il ajouté. Les deux  « étaient des hommes pleins du courage de  l'Esprit Saint, ils ont témoigné de Dieu devant l'Eglise et le monde ».

« Ils ont eu le courage de regarder les plaies de Jésus, de toucher ses mains blessées et son côté transpercé. Ils n’ont pas eu honte de la chair du Christ, ils ne se sont pas scandalisés de lui, de sa croix ». « En ces deux hommes, contemplatifs des plaies du Christ et témoins de sa miséricorde, demeurait une vivante espérance, avec une  joie indicible et glorieuse ».

A la fin de la cérémonie, le pape François a eu des mots pour tous les fidèles, les délégations des pays et de l’Eglise, qui par leur présence à Rome ont honoré les nouveaux saints. Il a remercié de leur affection les pèlerins de Bergame (nord de l'Italie) et de Cracovie et leur a demandé de suivre fidèlement les enseignements des saints venus de leur terre.

Il a évoqué ceux qui ont suivi la cérémonie à la radio et à la télévision et a remercié les médias qui donnent à de nombreuses personnes l'occasion de participer à la cérémonie.

Il a ensuite salué un à un les représentants de chaque délégation, en leur serrant les mains.

Malgré quelques gouttes de pluie, ce fut un jour rempli de lumière. On sentait du doigt la ferveur des fidèles présents,  800.000, selon les chiffres officiels du Vatican, réunis sur la Place Saint-Pierre et dans les rues adjacentes pour assister à cet événement important. Près de 300.000 participants ont aussi suivi la cérémonie grâce à des écrans installés ailleurs dans Rome. Personne ne voulait manquer la cérémonie.

 

lienHomélie du pape François lors de la Messe et canonisation des bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II

lienLivret de la Messe et canonisation des bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II

 


 

A propos de la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II

22102013-2Le pape François a commenté sa décision : « Permettez-moi de dire une chose au sujet de ces deux papes : Jean XIII fut un grand prophète et l’initiateur du Concile, Jean-Paul II a été celui qui l’a mis en pratique et l’a développé dans toutes ses composantes et toutes ses richesses. Ils sont vraiment deux colonnes, non seulement de la culture chrétienne, mais de la sainteté chrétienne ».

Le pape François a annoncé la canonisation, le 27 avril de deux de ses prédécesseurs incarnant deux facettes de l'Eglise: Jean XXIII, symbole de l'ouverture du Concile Vatican II, et Jean-Paul II, le médiatique pape globe-trotter, symbole d'une Eglise mondialisée.

Devant les cardinaux, lors de son premier consistoire, le pape François a confirmé que ces deux figures importantes de l'Eglise catholique, Karol Wojtyla et Angelo Giuseppe Roncalli, papes respectivement entre 1978 et 2005 et entre 1958 et 1963, seront déclarés saints. Le pape François a fait son annonce en latin, conformément à la tradition, après que les vertus et les étapes de la vie des deux papes eurent été retracées par le cardinal Angelo Amato, « ministre » chargé de suivre les dossiers de béatification et de canonisation.

« Un dialogue fructueux rempli de vérité et de charité, dans et hors de la communauté chrétienne et dans les instances religieuses, culturelles et sociales » et « le service pour la paix entre les nations » leur sont notamment attribués à tous deux.  Après l'annonce de François, le consistoire a continué à huis clos. La date de cette double canonisation avait déjà filtré depuis quelques semaines. Le 27 avril 2014 est la fête de la Divine miséricorde, créée par le pape polonais. Cette cérémonie devrait attirer des centaines de milliers de personnes, d'Italie et de Pologne notamment, sur la place Saint-Pierre.

Jean-Paul II, premier pape polonais de l'Histoire, conservateur et immensément populaire, notamment dans la centaine de pays où il avait porté la parole de l'Eglise, sera canonisé en des temps record : neuf ans seulement après sa mort. Au moment des obsèques de Jean-Paul II en 2005, à l'issue de l'un des plus longs pontificats de l'Histoire, était monté le cri de l'immense foule : « santo subito » (« Qu'il soit fait saint tout de suite »). Benoît XVI avait choisi de ne pas tenir compte du délai obligatoire de cinq ans pour ouvrir la cause de béatification et de canonisation de son prédécesseur.

Jean XXIII avait lancé le grand Concile oecuménique Vatican II (1962-65) qui devait ouvrir l'Eglise au monde. Il a conservé surtout l'image d'un pasteur proche des gens, un peu comme l'est aujourd'hui François. La canonisation ensemble de ces deux papes manifeste de la part du pape François la volonté de maintenir un équilibre entre deux figures très différentes de la catholicité, et sans doute éviter un trop grand culte de la personnalité pour Jean-Paul II. Le pape François souligne aussi l'unité de l'Eglise dans sa diversité et rend hommage à la grande oeuvre du Concile, contre ceux qui voudraient revenir en arrière, selon les vaticanistes.

La double canonisation avait été envisagée plus tôt, le 8 décembre, mais le pape, toujours concret, avait évoqué, dans l'avion de retour de Rio en juillet 2013, devant les journalistes, le danger du verglas pour les pèlerins polonais modestes qui voudraient venir en autocar à Rome. Il s'était montré très louangeur pour le "bon pape" Jean, qu'il cite souvent et dont il a rappelé l'image de "bon prêtre de campagne, avec un sens de l'humour si grand". Il avait aussi fait l'hommage, mais plus brièvement, du "grand missionnaire" Jean- Paul II, qu'il avait qualifié de "nouveau Saint-Paul" pour son oeuvre d'évangélisation dans le monde entier. "Pour moi, il est grand !", s'était-il exclamé. C'est en faisant une entorse à la règle - l'absence d'un miracle certain attribué à son intercession - que Jean XXIII peut être canonisé aussi vite. Le pape François montre que les règles immuables de l'Eglise peuvent être bousculées pour permettre de porter un témoignage important.

 

 

La canonisation de Jean-Paul II : moment de joie et d’action de grâce

« La canonisation de Jean-Paul II est l'aboutissement d'un parcours exemplaire. Il est l'un des pères réformateurs du Concile Vatican II dont la force est présente de nos jours dans les paroles des papes Benoît XVI et François ». Ces mots de Mgr Slawomir Oder, postulateur de la cause de canonisation, ont été prononcés, le 30 septembre 2013, après l’annonce officielle du pape François confirmant la sainteté de Karol Wojtyla et du pape Jean XXIII. La cérémonie de leur canonisation aura lieu à Rome, sur la place Saint-Pierre, le dimanche 27 avril 2014, fête de la Miséricorde Divine.

mgr oderMonseigneur Oder, comment avez-vous vécu la nouvelle ?

« La reconnaissance de la sainteté de Jean-Paul II est l’aboutissement d'un projet majeur. Un grand moment de joie et de satisfaction. J'ai vécu les huit dernières années dans l’espérance porté par la fidélité et les espoirs de nombreuses personnes du monde entier. Et maintenant, avec l'approbation du pape François, la tâche qui m'a été confiée par mes supérieurs et le pape Benoît XVI arrive enfin à son terme. »

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué durant ces huit années ?

« En voyageant partout avec des reliques de Jean-Paul II, j'ai vu, de mes propres yeux, l'affection pour ce pape qui unit les fidèles. De l'Afrique aux Amériques, j’ai pu recueillir des témoignages de cet amour. Ce n’est pas par hasard, qu’il a été nommé « témoin de l'espérance ». Ses voyages apostoliques étaient des signes de paix et d'amour. Ce fut, pour moi, une expérience ecclésiale unique qui m'a permis de vivre le concept de sainteté comprise comme la traduction historique de la grâce divine. Et maintenant, le but de la sanctification étant atteint, tout prend une importance accrue ».

Le pape François, après son voyage à Lampedusa, a publié l’encyclique « Lumen fidei » écrite à quatre mains avec le pape Benoît XVI. Quelle est l'importance de cet héritage ?

« Avec l’héritage de sa pensée, nous avons un développement organique de la tradition de Vatican II. Entre le pape Benoît XVI et le pape François, on note un transfert tangible d'un souffle qui symbolise l'évolution particulière de la pensée réformatrice du Concile. Un événement crucial dans l'histoire de l'Église qui vient de la pensée féconde de Pie XII et de Jean XXIII qui a ensuite procédé à sa pleine réalisation ».

Jean XXIII va être canonisé sans l'approbation d'un miracle. Comment interprétez-vous la volonté du pape François ?

Jean-Paul II« Dans ce cas, nous observons que le Pontife peut agir indépendamment de l'existence d'un miracle. Je pense que nous devrions lire la sanctification de Jean XXIII en rapport avec le Concile. Contre les opinions majoritaires, il eut le courage de lancer un événement très important dans l'histoire de l'Eglise. On a pu le constater avec la figure extraordinaire de Jean-Paul II, l'un des pères du Concile, qui l’a le mieux appliqué. Et aujourd'hui encore, la réforme excelle aussi, avec vigueur, dans les paroles des papes Benoît XVI et François ».

Dès le début de son pontificat, le pape François a souvent été comparé à la figure de Karol Wojtyla. Qu'en dites-vous ?

« Il est inutile de se livrer à des conjectures faciles. Les deux sont de même nature par leur comportement, mais la vraie similitude est dans leur vie, dans leur évolution en tant que personne. Tous les deux, ce sont formés humainement dans des contextes sociaux et politiques difficiles. Cela leur a permis de mûrir avec une sensibilité particulière envers les autres et les problèmes des communautés les plus vulnérables. Le fait que le pape François soit allé à Lampedusa  symbolise bien cela : une nécessité , une expression d'amour pour les hommes-clés de l’Evangile, ceux qui sont appelés pauvres « anawim » et qui entendent le message apporté par le Christ ».

En revenant à Jean-Paul II,  parlez-nous de ce second miracle ?

« Il s'agit de la guérison d'un anévrisme au cerveau diagnostiqué chez une dame du Costa- Rica. Les médecins ne pouvaient rien faire parce que le préjudice a été localisé dans une zone inopérable du cerveau. Le jour de la béatification de Jean-Paul II, l'anévrisme a complètement disparu, ce qui a permis à la dame de retourner ses activités normales ».

En vous rappelant ces dernières années, quels ont été les moments les plus émouvants ?

« Le plus important et le plus fort souvenir a été le moment précis où l’on m’a fait confiance en me donnant une charge, totalement inattendue. Il y a aussi les mots pleins d'affection du cardinal Ruini, promoteur officiel de la cause de canonisation et si proche de Jean-Paul II, pour demander au Saint-Père la dispense de cinq ans pour commencer le processus. Mais ce qui restera, à jamais, gravé dans ma mémoire, c’est, le jour de la béatification, la joie et la profonde gratitude de Benoît XVI, exprimées par des paroles que je chérirai toujours dans mon cœur ».

 


Reconnaissance de la guérison miraculeuse d’une Costaricaine

Le bienheureux Jean-Paul II  sera déclaré saint grâce à un deuxième miracle survenu quelques heures après sa béatification par Benoît XVI, le 1er mai 2011 : la guérison d’une femme originaire du Costa Rica, atteinte d’une maladie incurable. Le pape François a approuvé, le 5 juillet 2013, la promulgation d’un décret reconnaissant comme un phénomène scientifiquement inexplicable attribué à l’intercession de Karol Wojtyla, la guérison de Floribeth Mora, âgée de 50 ans, atteinte d’un anévrisme au cerveau.

Reconnaissance2Dans une interview accordée à Valentina Alazraki, la correspondante au Vatican de la chaîne mexicaine Televisa, Floribeth, mère de quatre enfants, grand-mère de quatre petits-enfants et épouse d’un ancien officier de la Force publique du Costa Rica, rapporte que, le 8 avril 2011, elle s’est réveillée chez elle, avec un violent mal de tête et des vomissements. Les symptômes ont persisté plusieurs jours et, après avoir été admise en urgence à l’hôpital  Calderón Guardia, les médecins ont diagnostiqué un grave anévrisme cérébral et lui ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire pour elle, car l’endroit du cerveau où l’artère devait être obstruée était inaccessible.

Edwin Arce, le mari de Floribeth, et la malade, se sont immédiatement confiés à l’intercession de Jean-Paul II pour demander le miracle d’une guérison scientifiquement impossible. Avant la Semaine Sainte, les médecins ont dit au mari que, comme il n’y avait rien à faire, il était préférable qu’elle rentre chez elle pour attendre le dénouement. Edwin a quitté l’hôpital, s’est assis sur un banc et s’est mis à pleurer. Il se souvient: « Je priais: Mon Dieu, aidez-moi !, aidez-moi !, Karol Wojtyla, Jean-Paul II, ne me laissez pas seul, ne me laissez pas seul, aidez-moi ! ».

Et il ajoute, « Je me souviens comme si c’était à l’instant même, j’ai entendu  une voix qui me disait : N’aies pas peur, emmène-la, emmène-la ; la voix l’a répété deux fois. » Ils sont rentrés chez eux. Floribeth restait endormie grâce aux médicaments. Le jour de la béatification de Jean-Paul II, le 1er mai 2011, la malade décide de rester éveillée pour assister à la cérémonie. Toute sa famille s’était rendue au stade, où la cérémonie de béatification était retransmise de Rome. Floribeth prie Jean-Paul II de l’aider « parce que je ne voulais pas mourir, je voulais rester avec mes enfants, je voulais vivre pour connaître mes deux petits-enfants qui étaient en route ».

Le lendemain, elle se réveille. Elle regarde un magazine : sur la page de couverture, il y a Jean-Paul II qui, d’un geste de la main, l’invite à se lever. « Je me suis levée de mon lit, je suis allée à la cuisine où se trouvait mon époux, je ne lui ai rien dit de ce qui se passait. Il me dit : Que fais-tu là ? Pourquoi t’es-tu levée ?’ Moi : Je me sens bien - je ne lui ai rien répondu d’autre,  j’avais peur de lui dire ce qui se passait à ce moment-là,  je pensais qu’il allait me trouver folle », raconte-t-elle.

Le  neuro-chirurgien Alejandro Vargas Román, qui a une sous-spécialité de chirurgie neuro-endovasculaire à l’Hôpital Puerta del Hierro et à l’Hôpital Gregorio Marañón de Madrid, et qui avait assisté la Costaricaine après le diagnostic d’anévrisme, confirma la disparition de l’anévrisme, scientifiquement inexpliquée. Quelques mois plus tard, Floribeth décide d’écrire son témoignage. Elle l’envoie au site officiel de la Cause de canonisation de Jean-Paul II.

Le postulateur, Mgr Slawomir Oder, a présenté le miracle à la Congrégation de la Cause des saints et, en février 2013, il était reconnu comme guérison inexpliquée par la Commission médicale. En juin, l’existence du miracle a été approuvée par une Commission de théologiens et, ensuite, par la Commission des cardinaux et des évêques.

Maintenant Floribeth attend de connaître la date de la canonisation de Jean-Paul II pour y participer parmi les plus d’un million de pèlerins qui sont attendus pour l’évènement.

 

Pour voir l’interview de Floribeth Mora http://noticierostelevisa.esmas.com/internacional/615678/milagro-juan-pablo-ii/

 

Le bienheureux Jean-Paul II pourrait être canonisé en 2013

Les experts médicaux du Vatican ont reconnu la guérison inexplicable d’une femme atteinte d’une maladie incurable, un élément nécessaire à l’avancée de la cause de la canonisation du pape Jean-Paul II, qui pourrait intervenir le 20 octobre 2013.


 

Une relique contenant quelques gouttes du sang de Jean-Paul II à Draguignan

Article publié le jeudi 24 mai 2012 par varmatin.com

Relique du bienheureuxLes fidèles de la paroisse de Draguignan ont défilé, toute la journée du 23 mai 2012, devant l’autel pour vénérer une relique contenant quelques gouttes du sang de l’ancien souverain pontife. Cette précieuse relique avait été prêtée par le diocèse d’Aix-en-Provence. Pas de « papamobile » garée en double file devant l'église Saint-Michel, mais une solide foule de fidèles ! La paroisse de Draguignan accusait réception d'un symbole fort pour les catholiques : une ampoule contenant du sang de Karol Wojtyla. Une arrivée sobre mais empreinte d'émotion sur le parvis Jean-Paul II (ça ne s'invente pas).

« Jean-Paul II est toujours aussi présent dans nos cœurs, justifie une fidèle, avec des trémolos dans la voix. C'était un grand pape. Il a beaucoup œuvré pour les jeunes. Je me devais d'être là aujourd'hui. »

Quelques minutes plus tard, la précieuse ampoule, argentée et pas plus grosse qu'un coquetier, trônait devant l'autel pour une messe exceptionnelle célébrée par le père Jean-Michel Terrade. S'en est suivi la vénération par les fidèles. En file indienne, ces derniers se sont succédé pour, s'incliner et embrasser la relique. Une belle démonstration de ferveur !

Une popularité intacte

Un instant de recueillement qui n'a laissé personne indifférent. « J'ai effectué plusieurs fois le pèlerinage de Compostelle, explique Jacques, un militaire en retraite. C'est grâce à Jean-Paul II que j'ai entrepris ces voyages. Aujourd'hui, j'ai eu l'impression de passer quelques instants avec une partie de lui-même. » « Je m'étonne de ne pas voir plus de sécurité. Jean-Paul II n'était pas qu'un chef spirituel. C'était aussi un chef d'État », s'amuse un paroissien.

Un souvenir impérissable

À pape exceptionnel, accueil exceptionnel. Sept ans après son décès, Karol Wojtyla reste toujours aussi populaire parmi les membres de la communauté catholique dracénoise. Aussi, ils étaient nombreux, hier, à exprimer leur souhait de voir l'ancien souverain pontife, béatifié il y a un an, entrer au panthéon des saints de l'Église. « S'il y a un homme d'église qui le mérite, c'est bien lui, avance Jean-Louis. Il ne manque plus qu'une guérison miraculeuse lui soit attribuée et il sera canonisé ». La capitale de l'artillerie y croit. Ce jeudi matin, après la messe de 9 heures, la relique reprendra la route vers Saint-Raphaël.

 

 

Le postulateur de la cause de Jean-Paul II fait état de nombreux miracles

Jean-Paul IIChargé de recueillir les témoignages de guérisons inexpliquées attribuées à l’intercession de Jean-Paul II pour permettre sa canonisation, Mgr Slawomir Oder, postulateur de la cause, assure que de nombreux miracles lui parviennent du monde entier. Dans un entretien accordé à Radio Vatican le 2 avril 2012, sept ans jour pour jour après la mort de Karol Wojtyla, le postulateur de la cause de canonisation du pape polonais confie qu’il doit encore étudier quelques cas « intéressants ».

Sept ans après la mort de Jean-Paul II, Mgr Slawomir Oder affirme ainsi que sa béatification en temps record par son successeur immédiat, le 1er mai 2011, n’était qu’une « étape ». Pour que le processus avance, explique-t-il ensuite, « nous attendons de trouver un signe de Dieu », c’est-à-dire « un nouveau miracle »

« Je reçois actuellement du monde entier de nombreux signalements de grâces attribuées à l’intercession du bienheureux Jean-Paul II et certains sont intéressants », confie encore le postulateur qui précise qu’il attend la documentation nécessaire pour commencer une étude plus approfondie permettant un discernement satisfaisant. Le prélat polonais du diocèse de Rome affirme par ailleurs que Jean-Paul II est « resté dans le cœur des gens » et juge que les « visites continues » à sa tombe, dans la basilique Saint-Pierre, en sont le témoignage « très particulier et tangible ». Il note par ailleurs que le pèlerinage des reliques du pape polonais – un flacon de sang – est un « phénomène en expansion » depuis la béatification, il y a moins d’un an. Ces reliques ont ainsi fait le tour de tout le Mexique puis sont passées dans plusieurs diocèses de Colombie avant de se trouver, actuellement, au Nigeria.

 


 
 

Une relique du bienheureux Jean-Paul II vénérée à Cracovie

ReliqueUne chapelle abritant une ampoule de sang de Jean-Paul II, insérée dans un reliquaire d'argent, a été inaugurée à Cracovie lors du week-end de Pentecôte 2011. Le cardinal Stanislaw Dziwisz, archevêque et ancien secrétaire du pape polonais béatifié le 1er mai 2011, a conduit la procession conduisant à la crypte. étaient présents à ses côtés le nonce apostolique en Pologne, Mgr Celestino Migliore, et le cardinal Kazimierz Nycz, archevêque de Varsovie. La chapelle, proche de la basilique de la Miséricorde divine, est située au centre du futur sanctuaire papal, un lieu de mémoire consacré au bienheureux Jean-Paul II, qui devrait s'étendre sur 13 000 m² et dont l'inauguration est prévue pour octobre (la fête du bienheureux Jean-Paul II a été fixée au 22 octobre). Dans son homélie, le cardinal Dziwisz, qui en a posé la première pierre en 2008, a souligné que le sanctuaire est construit sur le lieu même où Karol Wojtyla a travaillé dans une usine chimique, aux « temps obscurs » de la Deuxième Guerre mondiale. La relique, quant à elle, fait déjà l'objet d'une intense vénération. Dès la fin des festivités, de nombreux croyants sont entrés dans la chapelle et ont touché la relique.

(Source : Apic)

 

Le  quotidien  « Le Monde » et l'AFP se font l'écho de la béatification

Des médias  du monde entier étaient présents à Rome pour rendre compte de la béatification de Jean-Paul II.  Il est notamment intéressant de lire le compte-rendu de l'événement dans le quotidien « Le Monde » et dans les dépêches de l'Agence France Presse (AFP).

 

Les messages d'une béatification de Jean-Paul II opportune

Article de Stéphanie Le Bars paru dans « Le Monde »  du  04 mai 2011

Opération réussie pour le Vatican. En masse, le monde catholique a répondu présent à la cérémonie de béatification de Jean Paul II, qui s'est tenue dimanche 1er mai, à Rome. Un million de fidèles venus du monde entier a déferlé sur la ville pour l'occasion. Aidée par la figure du pape le plus universellement populaire de l'histoire de l'Eglise catholique, l'institution, aujourd'hui incarnée par Benoît XVI, a donc fait la démonstration de sa capacité à mobiliser ses troupes, en dépit des critiques et des scandales auxquels elle est régulièrement confrontée, et malgré les réserves qu'expriment certains catholiques sur le bien-fondé de cette tradition sanctificatrice.

Les abords de la basilique Saint-Pierre, où s'est tenue la cérémonie de béatification devant les représentants de 87 pays, n'avaient pas connu pareille affluence depuis les funérailles de Jean Paul II ; par leur audience et l'émotion qu'elles avaient suscitée, ces journées demeurent le symbole du rayonnement que le pape polonais avait su donner à l'Eglise durant son long pontificat. Au-delà des raisons spirituelles et personnelles avancées par nombre de fidèles pour expliquer leur présence à Rome durant ces deux jours, il y avait dans la foule la "fierté" de ces années-là.

Après avoir passé une grande partie de la nuit de samedi à dimanche sur le pavé romain, une foule compacte et fervente a donc salué par des acclamations répétées l'annonce, par Benoît XVI, que son prédécesseur était désormais "bienheureux" ; une cérémonie vécue comme la reconnaissance par l'Eglise et "le ciel" que les fidèles ne s'étaient pas trompés en demandant dès sa mort qu'il soit fait santo subito, et comme une réassurance de leur foi.

Récusant toute idolâtrie, les fidèles ont patienté des heures pour pouvoir défiler, au pas de charge, devant le cercueil du pape exposé dans la basilique. La diversité géographique et sociologique dans ces interminables files d'attente illustrait à la fois la ferveur populaire et l'affichage identitaire, qui furent les principaux marqueurs du pontificat de Jean Paul II.

Lors de l'hommage à son prédécesseur durant la messe, Benoît XVI, qui fut l'un de ses plus proches collaborateurs durant vingt-trois ans, a insisté sur les apports du pontificat de Jean Paul II dans l'affrontement entre le christianisme et "le marxisme" ou "l'idéologie du progrès ". En lançant son célèbre "N'ayez pas peur", Jean Paul II a, selon Benoît XVI, "ouvert au Christ la société, la culture, les systèmes politiques et économiques, en inversant avec une force de géant - force qui lui venait de Dieu - une tendance qui pouvait sembler irréversible".

Dans un monde occidental en voie de déchristianisation et face à une Europe de l'Est marquée par le communisme, "ce fils exemplaire de la nation polonaise a aidé les chrétiens du monde entier à ne pas avoir peur de se dire chrétiens. Il nous a aidés à ne pas avoir peur de la vérité, car la vérité est garantie de liberté. Cette charge d'espérance qui avait été cédée en quelque sorte au marxisme et à l'idéologie du progrès, il l'a légitimement revendiquée pour le christianisme", a déclaré Benoît XVI.

Le Pape devant le cercueilCette injonction à "ne pas avoir peur" demeure aujourd'hui encore le leitmotiv du Vatican, soucieux de "nouvelle évangélisation" et accompagne de nombreux fidèles venus assister à la béatification. Au-delà de leur "joie" de participer à ce qu'ils considèrent comme une "fête de la foi", beaucoup de croyants admettent en effet la dimension symbolique, voire politique, de leur présence à Rome.

Français, Belges ou Allemands voient dans ce type de grandes cérémonies une occasion pour les catholiques "de se serrer les coudes", alors qu'ils sont devenus minoritaires dans leur environnement social et que les scandales de pédophilie, notamment en Allemagne, provoquent un affaiblissement sans précédent de l'Eglise catholique. D'autres se félicitent d'afficher en masse une "contre-culture" dont ils sont fiers, sur des sujets tels que la défense de la famille ou le respect de la dignité humaine, notamment leur opposition à l'avortement.

Des Polonais mettent en avant leur "liberté religieuse retrouvée grâce à Jean Paul II" comme un modèle pour ceux qui en sont aujourd'hui privés. Des fidèles d'Afrique noire ou des Libanais évoquent le besoin de "montrer une Eglise forte et vivante" dans un contexte dominé par l'islam. D'autres souhaitent donner un signal à un monde qu'ils jugent "globalement hostile au christianisme", ou voient dans la glorification d'un Jean Paul II l'occasion "d'offrir au plus grand nombre un modèle cohérent dans des sociétés déboussolées".

Déjà considéré par certains comme "un saint", Jean Paul II pourrait être canonisé et accéder officiellement à la sainteté d'ici "quelques années", a indiqué dès dimanche le numéro deux du Vatican, Tarcisio Bertone. Il faudra qu'un nouveau miracle, une guérison inexpliquée, survenue après ce 1er mai, soit reconnue par l'Eglise. En attendant, cette béatification en mondiovision a fait oublier (provisoirement ?) la période de fortes turbulences que traverse l'Eglise catholique depuis quatre ans.

 

Simple "effet Jean Paul II" ou preuve de la vitalité du message catholique ?

Extraits de la dépêche de l'AFP du 2 mai 2011

Le pape vénérant  la relique du BienheureuxLe pape polonais a réussi la prouesse de rassembler dimanche 1er mai 2011 à Rome un million de fidèles six ans après sa mort, un signal positif pour une Eglise parfois en proie aux doutes et aux scandales. La foule, venue dimanche pour sa béatification, montrait l'Eglise dans sa diversité. Une centaine de pays étaient représentés, des milieux sociaux variés, le clergé dans toutes ses composantes...

Qu'est ce qui fait venir des Philippines ou du Nigéria des milliers de catholiques à Rome? Pourquoi la France laïque, si critique des positions du Vatican, a-t-elle été représentée par 40.000 fidèles, souvent jeunes ? L'effet médiatique de ce pape aux paroles et aux images historiques, qui éveille la curiosité au delà des milieux catholiques, a certainement joué. Un culte de la personnalité existe, notamment en Pologne.

Mais les motivations de la foule place Saint-Pierre semblait aussi très religieuses. Beaucoup avaient passé une nuit blanche de prières. Une "génération Jean Paul II", accompagnée de ses enfants et marquée par les appels du pape polonais, lors des Journées mondiales de la jeunesse, avait répondu présent. Dans les témoignages recueillis parmi les fidèles sur ce qu'avait apporté Karol Wojtyla, venait en premier lieu le mot "espérance", mais aussi "joie" d'être chrétien, "courage" et "s'engager pour le Christ".

"Le phénomène montre un intérêt extrêmement fort de personnes très diverses sur les questions touchant aux fins ultimes de la condition humaine" que Jean Paul II a posées avec passion, selon le Vaticaniste Sandro Magister. "Les sociétés sécularisées ne parviennent pas à les supprimer. Le phénomène Jean Paul II symbolise ces interrogations". Et le succès de la béatification "est un rappel à l'Eglise de ne pas renoncer à ce pour quoi elle existe: livrer des réponses fortes", ajoute cet expert.

Lors de son homélie, Benoît XVI a inscrit l'action de son prédécesseur dans l'inspiration fondamentale du Concile Vatican II (1962-1965), qui était que l'Eglise devait redescendre sur terre et s'ouvrir au monde. "Cette charge d'espérance qui avait été cédée en quelque sorte au marxisme et à l'idéologie du progrès, Jean Paul II l'a légitimement revendiquée pour le christianisme, en lui restituant la physionomie authentique de l'espérance", a-t-il argumenté.

Les religieuses et la reliqueJean Paul II avait renouvelé les rapports de l'Eglise au social, au culturel, à la raison, à la science, même à la conception du corps et de la sexualité, des thèmes qu'il abordait concrètement, même si c'était pour en avoir une conception très rigide. Benoît XVI continue sur cette lancée visant à "revendiquer" pour l'Eglise une place dans les débats et les options qui s'ouvrent aux hommes. Le pape allemand, à sa manière professorale, "ne s'arrête pas aux interrogations, il donne des réponses très argumentées qui ne tombent pas du ciel, il ne cesse d'expliquer", souligne Sandro Magister.

Conscient de l'intérêt que conserve le message chrétien, l'intellectuel Benoît XVI, comme Jean Paul II, ne redoute pas la confrontation des idées avec le monde sécularisé. Beaucoup plus l'indifférence.

 

Un million et demi de fidèles rassemblés à Rome

Balcon de St Pierre de RomeLe pape Jean-Paul II a été proclamé « bienheureux » le dimanche 1er mai 2011, fête de la miséricorde divine,  par le pape Benoît XVI sous les vivats de la foule lors d'une cérémonie de béatification place Saint-Pierre au Vatican qui a attiré un million et demi de fidèles à Rome.

« Nous, accueillant le désir de notre frère, de nombreux autres frères dans l'épiscopat et de nombreux fidèles, après avoir reçu l'avis de la Congrégation pour la cause des saints [...], acceptons que le vénérable serviteur de Dieu, Jean-Paul II, pape, puisse être déclaré bienheureux », a déclaré le pape Benoît XVI.

Aussitôt, une immense photo de Karol Wojtyla (prise en 1989), a été dévoilée devant la foule parfois en larmes.

Auparavant, le cardinal Agostino Vallini, vicaire général pour le diocèse de Rome, avait officiellement demandé cette béatification et rappelé quelques éléments biographiques du pape polonais. En particulier son passé d'ouvrier, d'archevêque de Cracovie, puis son pontificat de plus d'un quart de siècle (de 1978 à 2005), l'un des plus longs de l'histoire de l'Eglise catholique, marqué notamment par un attentat contre sa personne en 1981.

Le processus de béatification du très charismatique pape polonais a été mené en un délai record de cinq ans et sept mois.

La proclamation de la sainteté (la canonisation) intervient après un nouveau procès qui nécessite l'accomplissement d'un nouveau miracle.

 

lienLire l'homélie du pape Benoît XVI pour la béatification de Jean-Paul II


 

Jean-Paul II sera fêté le 22 octobre

Jean Paul II - 260411Le jour de la mémoire liturgique de Jean-Paul II a été fixé pour les diocèses de Rome et de Pologne par un décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Il s'agira du 22 octobre, jour de l'intronisation du pape polonais, six jours après son élection le 16 octobre 1978.

Ce décret concernant le culte liturgique en l'honneur du bienheureux Jean-Paul II a été signé par le cardinal Antonio Cañizares Llovera, préfet du dicastère, et Mgr Joseph Augustine Di Noia, secrétaire du dicastère, le 2 avril 2011, soit 6 ans jour pour jour après la mort du futur bienheureux.

Publié en latin, ce décret indique les modalités, lieux et temps pour la célébration d'une messe d'action de grâce dans l'année qui suivra la béatification ; l'inscription de son nom dans les calendriers particuliers du diocèse de Rome et des diocèses de Pologne, ainsi que d'autres calendriers propres ; ainsi que pour le choix du nouveaux bienheureux comme titulaire d'une église.

Pendant un an après la béatification de Jean-Paul II, c'est-à-dire jusqu'au 1er mai 2012, il sera possible de célébrer une messe d'action de grâce à Dieu. « La responsabilité d'établir le jour ou les jours, comme le lieu ou les lieux de rassemblement du peuple de Dieu, revient à l'évêque diocésain pour son diocèse », indique le décret.

Par ailleurs, pour le calendrier propre du diocèse de Rome et des diocèses de Pologne, la célébration du bienheureux Jean-Paul II est inscrite le 22 octobre et célébrée chaque année comme mémoire.

« Pour les autres calendriers propres, spécifie encore ce décret, la demande d'inscription de la mémoire facultative du bienheureux Jean-Paul II pourra être présentée à cette Congrégation par les conférences des évêques pour leur territoire, par l'évêque diocésain pour son diocèse et par le supérieur général pour sa famille religieuse ».

Enfin, « le choix du bienheureux Jean-Paul II comme titulaire d'une église prévoit l'indult du Siège apostolique, hormis quand sa célébration est déjà inscrite dans le calendrier particulier : dans ce cas l'indult n'est pas demandé et le grade de fête est réservé au bienheureux dans l'église dont il est titulaire ».

L'Osservatore Romano a enfin publié le texte de la collecte qui sera utilisée pour la messe en honneur du pape Jean-Paul II :

« Dieu, riche en miséricorde, tu as appelé le bienheureux Pape Jean-Paul II à guider ton Eglise répandue dans le monde entier ; forts de son enseignement, accorde-nous d'ouvrir nos cœurs avec confiance à la grâce salvifique du Christ, unique Rédempteur de l'homme. Lui qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles ».

(Source : Zenit)


 

Programme de la béatification du vénérable Jean-Paul II

St Pierre29 avril au matin

Dans la basilique Saint-Pierre, fermée au public, la tombe de Jean-Paul II, dans les grottes Vaticanes, sera ouverte. Le cercueil sera transféré devant la Tombe de Saint-Pierre, où il restera  jusqu'au 1er mai au matin. Il sera alors porté devant l'autel de la Confession, au centre de la basilique. Le cercueil restera fermé, le corps de Jean-Paul II ne sera pas visible.

30 avril

20 h - 22 h 30

Veillée de prière au cirque Maxime. 300 000 personnes sont attendues.

Deux parties.

1/ Célébration de la Mémoire, animée par la journaliste Safiria Leccese. Avec le Chœur du diocèse de Rome, et l'Orchestre du Conservatoire de Sainte Cécile. La célébration débutera par l'entrée en procession de l'image de Marie « Salus Populi Romani », protectrice de Rome, accompagnée de représentants de toutes les paroisses de Rome ;

Puis, trois témoignages : Joaquin Navarro Valls (porte-parole de Jean-Paul II), le cardinal Stanislaw Dziwisz (archevêque de Cracovie, ancien secrétaire particulier de Jean-Paul II) et la religieuse française Sœur Marie Simon-Pierre, dont la guérison miraculeuse a ouvert la voie à la béatification.

2/ Célébration des Mystères lumineux du Rosaire. Après le chant « Ouvrez les portes au Christ », introduction du cardinal vicaire de Rome, Mgr Agostino Vallini, qui présentera la personnalité spirituelle et pastorale de Jean-Paul II. Suivra la récitation du Rosaire, en lien avec cinq sanctuaires répartis dans le monde entier : avec le Sanctuaire de Ligniewniki à Cracovie (Pologne), on priera pour les jeunes ; avec le sanctuaire de Kawekamo-Bugando (Tanzanie), on priera pour les familles ; avec le sanctuaire de Notre-Dame du Liban, à Harissa (Liban), on priera pour l'évangélisation ; avec la basilique Sainte-Marie de Guadalupe, à Mexico (Mexique), on priera pour l'espérance et la paix entre les peuples ; enfin, avec le sanctuaire de Fatima, on priera pour l'Eglise.

A l'issue de cette veillée, les pèlerins pourront emprunter, tout au long d'une « Nuit blanche de prière », un parcours balisé à travers la ville, qui les conduira, par huit églises, vers la place Saint-Pierre. Les transports en commun resteront en service toute la nuit, sauf entre deux et quatre heures du matin. Les huit églises ouvertes toute la nuit proposeront un accueil, l'adoration du Saint-Sacrement et le sacrement de réconciliation : Sainte-Agnès (Piazza Navona), Saint-Marc au Capitole, Sainte Anastasie (lieu de l'adoration perpétuelle, nuit et jour, proche du Circo Massimo), l'église du Nom de Jésus (des jésuites, avec la tombe de Saint Ignace, Piazza del Gesù), Sainte-Marie in Vallicella (Vi del Governo Vecchio, 134), Saint-Jean des Florentins (avant le pont sur le Tibre, Via Accialoli), Saint-André della Valle (entre Largo Argentina et la Chiesa Nuova), et Saint-Barthélémy all'Isola, sur l'île Tibérine, avec la communauté sant'Egidio.
 

Côté français, Saint-Louis des Français et la Trinité des Monts resteront ouvertes du samedi 9 h 00 jusqu'au dimanche 19 h.

Le 1er mai :

Les accès à la place Saint-Pierre et à la Via della Conciliazione seront libres toute la nuit.

9 h 00 : place Saint-Pierre. Préparation spirituelle. Invocation de la Divine Miséricorde, introduite par sainte Faustine et Jean-Paul II

10 h 00 : début de la célébration, retransmise sur 14 écrans géants à travers la ville (dont un à Saint-Louis des Français). Des centaines de prêtres donneront la communion.

A l'issue de la célébration, Benoît XVI, accompagné des cardinaux, pénètrera dans la basilique, où il se recueillera en silence devant le cercueil de son prédécesseur.

Commencera alors le défilé des fidèles devant le cercueil du nouveau béatifié. Ce défilé silencieux pourra se poursuivre tout l'après-midi, voire toute la nuit, peut-être jusqu'au lendemain matin.

Durant ces célébrations, des « sentinelles numériques » communiqueront en ligne, grâce à Tweeter et Facebook, aux autres jeunes de leur âge, ou plus jeunes, leurs émotions et leurs réflexions;

 

 

Questions autour du miracle

La guérison miraculeuse de la sœur Marie Simon-Pierre, reconnue par le pape Benoît XVI, le 14 janvier 2011, interroge la communauté chrétienne et les scientifiques. Un débat public éclairant a été organisé par le diocèse d'Aix-en-Provence et KTO, le 15 février 2011. Il a permis à des théologiens, des médecins et des journalistes de donner leurs points de vue.

Le débat animé par Philippine de Saint-Pierre, directrice des programmes de KTO et Jean-Claude Escaffit (journaliste, chargé de la communication du diocèse) réunissait :

  • le Père Luc-Marie Lalanne, juge délégué pour l'enquête diocésaine ;
  • Mme Marie-Jeanne Coutagne, philosophe ;
  • le Père Xavier Manzano, théologien ;
  • et le Dr Denis Planche, neurophysiologiste.
 
 

 
 
Le programme de la béatification

/jp2-122102-11Les célébrations de la béatification de Jean-Paul II auront lieu du 30 avril au 2 mai 2011, à Rome. Cinq temps forts sont prévus.

Samedi 30 avril:

Veillée de prière (20h30-22h30) au Circo Massimo, organisée par le diocèse de Rome. Elle sera animée par le cardinal Agostino Vallini, Vicaire de Rome. Le pape Benoît XVI sera en union de prières via une vidéo.

Dimanche 1er mai:

Messe de béatification à 10h Place Saint-Pierre, présidée par le pape Benoît XVI. La participation sera libre et sans billet mais les autorités italiennes assureront le contrôle des accès au Vatican. Après la cérémonie, la dépouille du nouveau bienheureux sera accessible à la vénération des fidèles, devant l'autel de la Confession.

Lundi 2 mai:

Messe d'action de grâces à 10h30, célébrée Place Saint-Pierre par le cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d'Etat. L'installation de la dépouille dans la chapelle Saint-Sébastien de la Basilique vaticane ne sera pas publique.

 

 

Ouverture d'un site internet pour la béatification de Jean-Paul II

Jean Paul II - 110214 - 21Le site officiel du diocèse de Rome relatif à la béatification de Jean-Paul II est www.karol-wojtyla.org,

Le Saint-Siège a, par ailleurs, annoncé, jeudi 10 février 2011, l'ouverture d'un site internet destiné à aider les innombrables pèlerins qui ont l'intention de se rendre au Vatican pour la béatification de Jean-Paul II célébrée le 1er mai. Le site a deux adresses: www.operaromanapellegrinaggi.org et www.jpiibeatus.org et il est disponible pour le moment en italien, anglais et polonais tandis que les versions en espagnol et allemand le seront bientôt, annonce l'Agence romaine pour les pèlerinages, une émanation du vicariat de Rome.

Le site contient des informations sur les déplacements vers et dans la capitale italienne, l'horaire des événements prévus, les possibilités de logement ou même la possibilité d'acquérir directement le "Special JPII Pass".

Ce "laissez-passer" spécial comprend les transports dans la ville et une visite touristique, un déjeuner à emporter, la visite guidée à des sites catholiques ou encore des conventions avec des organisations religieuses et l'assurance sanitaire.

Plus de deux millions de pèlerins sont attendus à Rome pour la béatification de Jean-Paul II, selon une estimation de l'ancien responsable de la Congrégation pour la Cause des saints, le cardinal Jose Saraiva Martins.

(Source : AFP)

 

 
 

L'Eglise d'Aix et Arles se réjouit de l'annonce de la béatification

Mgr DufourSuite à la reconnaissance de la guérison miraculeuse de Sœur Marie Simon-Pierre, religieuse des Maternités Catholiques à Aix-en-Provence, Mgr Christophe Dufour, archevêque d'Aix-en-Provence et Arles, a fait lire ce message dans son diocèse, le 16 janvier 2011.

Dieu nous a fait signe ! Dieu aime la Vie. Il est un Père proche de ceux qui souffrent. Dieu appelle à servir la Vie !

Ce vendredi 14 janvier 2011, le Pape Benoît XVI a approuvé le décret de la Congrégation pour les causes des Saints déclarant miraculeuse la guérison de Petite Sœur Marie Simon-Pierre, gravement atteinte par la maladie de Parkinson. Cet acte est la conclusion d'une enquête raisonnée, longue et rigoureuse, à laquelle ont participé de nombreux spécialistes, en France et à Rome. En l'état actuel des connaissances médicales, il n'y a pas d'explication à cette guérison survenue en une nuit, deux mois après la mort de Jean-Paul II : telle est la conclusion des experts médicaux. La Congrégation romaine des Cardinaux et évêques y a reconnu une réponse à la prière que les Petites Sœurs des Maternités Catholiques faisaient monter vers Dieu, par l'intercession de Jean-Paul II, pour la guérison de leur Sœur malade.

Pour le Pape Benoît XVI, il s'agit donc d'un miracle : un signe de Dieu qui confirme le jugement de l'Eglise sur la sainteté de son prédécesseur, Jean Paul II. La voie est donc ouverte vers la béatification de ce grand Pape qui aura lieu le 1er mai 2011.

L'Eglise d'Aix et Arles se réjouit de cette annonce. Avec Benoît XVI, Jean-Paul II, les Petites Sœurs des Maternités Catholiques, j'invite les femmes et les hommes de notre temps à remercier Dieu pour le don de la Vie, à prier pour tous les malades, et à servir avec un dévouement renouvelé la Famille et la Vie à naître.

Mgr Christophe Dufour
Archevêque d'Aix-en-Provence et Arles

 

 

Les grâces obtenues par l'intercession de Jean-Paul II sont innombrables

Dans le monde entier, l'annonce de la béatification de Jean-Paul II a été saluée avec une immense joie et nombreux sont ceux qui s'organisent pour assister à la cérémonie. Aucun billet ni aucune invitation ne sera nécessaire. Tous les gens qui souhaitent assister à la cérémonie pourront le faire, c'est ce qu'a affirmé hier un porte-parole du Vatican, le révérend Ciro Benedettini. Par ailleurs, le pape Benoît XVI s'est réjoui à l'approche de cet événement.

« Nous sommes heureux ! »

A l'issue de la prière de l'Angélus, en présence de plusieurs milliers de pèlerins rassemblés Place Saint-Pierre, le pape Benoît XVI a rappelé, le dimanche 16 janvier 2011, qu'il présiderait la béatification de Jean-Paul II le 1er mai prochain.

« Chers frères et soeurs, comme vous le savez, le 1er mai prochain j'aurai la joie de proclamer bienheureux le vénérable pape Jean-Paul II, mon bien-aimé prédécesseur. ... La date choisie est très significative : ce sera en effet le deuxième dimanche de Pâques, qu'il a lui-même dédié à la Divine Miséricorde, et c'est lors de la vigile du Dimanche de la Miséricorde qu'a pris fin sa vie terrestre », a-t-il dit.

« Ceux qui l'ont connu, ceux qui l'ont estimé et aimé ne pourront pas ne pas se réjouir avec l'Eglise pour cet événement. Nous sommes heureux ! », a conclu Benoît XVI.

Dans sa salutation en polonais, Benoît XVI a dit se réjouir avec les Polonais « pour l'annonce de la béatification du Saint-Père Jean-Paul II ».

Il a reconnu que « cette nouvelle était très attendue par tous » mais en particulier par les Polonais dont Jean-Paul II « a été le guide fidèle, dans la vérité et dans la liberté ».

 

Interview du Père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège.

 


 
 

« J'étais atteinte d'une maladie de Parkinson »

La sœur Marie Simon Pierre, petite sœur des Maternités Catholiques, âgée de 49 ans, avait déclarée depuis 2005 « J'ai été guérie par l'œuvre de Dieu, par l'intercession de Jean-Paul II ».

Son témoignage direct recueilli en 2006

Soeur Marie Simon-PierreJ'étais atteinte d'une maladie de Parkinson diagnostiquée en juin 2001, celle-ci était latéralisée à gauche ce qui m'handicapait beaucoup, étant gauchère. La maladie évoluait doucement au début mais, au bout de 3 ans les symptômes s'amplifiaient, accentuant les tremblements, les raideurs, les douleurs, les insomnies. A partir du 2 avril 2005 la maladie me ravageait de semaine en semaine, je me voyais diminuer de jour en jour, je ne pouvais plus écrire étant gauchère ou si je le faisais, j'étais difficilement lisible. Conduire ne m'étais quasiment plus possible hormis sur des trajets très courts car ma jambe gauche connaissait des périodes de « blocage » et la raideur ne facilitait pas la conduite. Il me fallait de plus en plus de temps pour accomplir mon travail celui-ci était devenu très difficile, travaillant en milieu hospitalier. J'étais fatiguée et épuisée. Après l'annonce du diagnostic, j'avais beaucoup de difficulté à regarder Jean-Paul II à la télévision. Cependant, j'étais très proche de lui par la prière et je savais que lui pouvait comprendre ce que je vivais. De même, j'admirais sa force et son courage qui me stimulaient pour me battre et aimer cette souffrance, car sans amour cela n'avait pas de sens. Je peux dire que c'était un combat au quotidien mais mon seul désir était de le vivre dans la foi et d'adhérer avec amour à la volonté du Père.

A Pâques 2005, je voulais regarder notre Saint Père Jean-Paul II à la télévision car je savais intérieurement que ce serait la dernière fois que je pourrais le voir. Toute la matinée, je me suis préparée à cette rencontre sachant que cela serait très difficile pour moi (il me renvoyait  à ce que je serais dans quelques années). Cela était dur pour moi étant relativement jeune. Mais un imprévu dans le service ne me permit pas de le revoir. Puis, le 2 avril 2005 au soir, nous étions réunies en communauté pour vivre en direct avec Rome la veillée de prière sur la Place Saint Pierre grâce à la chaîne de télévision française du diocèse de Paris (KTO). Avec mes sœurs, nous avons appris en direct le décès de Jean-Paul II. Pour moi, tout a basculé, c'était l'effondrement, je venais de perdre un ami, celui qui me comprenait et me donnait la force d'avancer. Dans les jours qui suivirent, je ressentis comme un grand vide mais en même temps j'avais la certitude qu'il était toujours présent.

Le 13 mai, en la fête de Notre Dame de Fatima, le Pape Benoît XVI rend officielle la dispense pour l'ouverture du Procès de Béatification de Jean Paul II. A partir du 14 mai, mes sœurs de toutes les communautés de France et d'Afrique ont prié  par l'intercession de Jean-Paul II pour demander ma guérison. Elles prieront sans relâche jusqu'à l'annonce de ma guérison. J'étais à ce moment-là en vacances. Mon temps de repos terminé, je rentre ce 26 mai,  complètement épuisée par la maladie. Or, depuis ce 14 mai, un verset de l'Evangile de Saint Jean m'habite : « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu ». Le 1er juin, je n'en peux plus, je lutte pour avancer et tenir debout. Le 2 juin après-midi, je vais trouver ma supérieure pour lui demander d'arrêter mon activité professionnelle. Celle-ci, me demande de tenir encore un peu jusqu'à mon retour de Lourdes au mois d'août et elle ajoute : « Jean-Paul II n'a pas dit son dernier mot. » Au cours de cette rencontre avec ma supérieure, Jean-Paul II était présent à notre échange, échange qui s'est déroulé dans la paix et la sérénité. Elle me tend un stylo et me demande d'écrire « Jean-Paul II », il est 17 heures. Avec beaucoup de difficultés, j'écris « Jean-Paul II ». Devant l'écriture illisible nous restons un long moment en silence.

La fin de la journée se déroule comme les autres. Après la prière du soir de 21 heures, je repassai par mon bureau puis regagnai ma chambre. Il était entre 21h30 et 21h45. J'ai ressenti alors le désir de prendre un stylo pour écrire. Un peu comme si quelqu'un me disait : « prends ton stylo et écris. » A ma grande surprise, l'écriture était très lisible. Je ne compris pas très bien et je me couchai. Cela faisait exactement 2 mois que Jean-Paul II nous avait quitté pour la Maison du Père. A 4h30, je me réveillais, stupéfaite d'avoir dormi. D'un bond, je sortais de mon lit, mon corps n'était plus endolori, plus aucune raideur et intérieurement je n'étais plus la même. Puis, un appel intérieur, une force me poussait à aller prier devant le Saint-Sacrement. Je descendis à l'oratoire. Je priais devant le Saint Sacrement. Une grande paix m'enveloppait, une sensation de bien-être. Quelque chose de trop grand, un mystère difficile à expliquer avec des mots. Ensuite, toujours devant le Saint-Sacrement, je méditais les mystères lumineux de Jean-Paul II. Puis, à 6 heures, je suis sortie pour rejoindre mes sœurs à la Chapelle pour un temps d'oraison suivi de l'Eucharistie. J'avais environ 50 mètres à parcourir et là je me suis aperçue que mon bras gauche balançait à la marche contrairement à d'habitude où celui-ci restait immobile le long de mon corps. Je remarquais aussi une légèreté dans tout mon corps, une souplesse que je ne connaissais plus depuis longtemps. Au cours de cette Eucharistie, j'étais habitée par une grande joie et une grande paix. C'était le 3 juin, fête du Cœur Sacré de Jésus. A la sortie de la messe, j'étais convaincue que j'étais guérie... ma main ne tremblait plus du tout. Je partis écrire de nouveau et à midi j'arrêtai brutalement tous mes médicaments.

Le 7 juin, je me suis rendue  comme prévu chez le neurologue qui me suivait depuis 4 ans. Celui-ci a constaté avec surprise la disparition de tous les signes alors que je ne prenais plus de traitement depuis 5 jours. Dès le lendemain, ma supérieure générale a confié notre action de grâce à toutes les communautés. Toute la congrégation a alors commencé une neuvaine d'action de grâce à Jean-Paul II. Cela fait maintenant 10 mois que j'ai cessé tout traitement. J'ai repris une activité normale, j'écris sans aucune difficulté, je conduis de nouveau et sur de très longues distances. Je peux dire que cela est comme une seconde naissance, une nouvelle vie car rien n'est plus comme avant. Aujourd'hui, je peux dire, qu'un ami est parti loin de notre terre et est cependant si proche maintenant de mon cœur. Il a fait grandir en moi le désir de l'adoration du Saint Sacrement. et l'amour de l'Eucharistie  qui ont une place primordiale dans ma vie de chaque jour. Ce que le Seigneur m'a donné de vivre par l'intercession de Jean-Paul II est un grand mystère difficile à expliquer avec des mots, tellement c'est grand, tellement c'est fort ...mais rien n'est impossible à Dieu. Oui, « si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ».

Sœur Marie Simon Pierre, petite sœur des Maternités Catholiques

 

lien(Source Site Internet de la Postulation de la cause de béatification et de canonisation du Vénérable Jean-Paul II)

lienVoir  l'entretien avec la sœur Marie Simon Pierre réalisé par KTO

 

 
La béatification de Jean-Paul II aura lieu le Dimanche de la Miséricorde Divine (1er mai 2011)

Jean-Paul II et Cardinal RatzingerJean-Paul II sera béatifié le 1er mai 2011, après l'approbation, le vendredi 14 janvier 2011, par le pape Benoît XVI d'un décret officiel validant un miracle attribué à son prédécesseur. C'est Benoît XVI lui-même qui présidera la cérémonie à la basilique Saint-Pierre, a précisé à la presse le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican. Le corps de Karol Wojtyla sera transféré directement, sans être exhumé, depuis la crypte jusqu'à la basilique, où une simple plaque de marbre portera l'inscription "Bienheureux Jean-Paul II".

La date du 1er mai, premier dimanche après Pâques, correspond à la Journée de la divine miséricorde instaurée par Jean-Paul II lui-même. D'aucuns avaient tablé sur celle du 3 avril, lendemain du sixième anniversaire de la disparition du pape polonais, mais, a expliqué le père Lombardi, le carême, temps de pénitence pour l'église qui commémore les 40 jours de jeûne du Christ dans le désert, "n'était pas la période idéale" pour une cérémonie "joyeuse".

"Santo subito !"

La béatification de Jean-Paul II intervient dans un délai record, bien inférieurs aux cinq ans habituellement respectés avant d'entamer toute procédure. Cette rapidité s'explique par "l'imposante réputation de sainteté dont jouissait le pape Jean-Paul II pendant sa vie, à sa mort et après sa mort", a indiqué le Vatican dans un communiqué. La commission des cardinaux et évêques membres de la congrégation pour la Cause des saints avait approuvé le miracle nécessaire pour accéder à la béatification. Elle a reconnu "miraculeuse" la guérison de la soeur française Marie Simon-Pierre de la maladie de Parkinson, dont Jean-Paul II, décédé le 2 avril 2005 à l'âge de 84 ans, a lui-même souffert. Vendredi, le préfet de la congrégation pour la Cause des saints, Mgr Angelo Amato, reçu en audience, a fait part de cette décision au pape, qui a aussitôt signé le décret reconnaissant le miracle et fixant la date de la cérémonie.

La procédure concernant Jean-Paul II, pape durant 27 ans, avait été lancée très rapidement après son décès le 2 avril 2005. Lors de ses obsèques, de très nombreux fidèles avaient crié : "Santo subito !" ("Saint tout de suite"). Une fois béatifié, pour que le pape polonais devienne saint, il faudra qu'un second miracle lui soit attribué. Jean-Paul II avait été le premier pape à déroger lui-même sur les délais de béatification en accélérant la procédure pour mère Teresa, morte en 1997 et béatifiée en 2003.

La grande joie du cardinal Stanislas Dziwisz

Jean-Paul II - 1201-2L'archevêque de Cracovie Stanislaw Dziwisz, ancien secrétaire et ami personnel de Jean-Paul II, a exprimé vendredi sa "grande joie" après le décret du Vatican annonçant sa béatification le 1er mai. "Au nom de tout le diocèse, au nom de Cracovie et, je pense, au nom de toute la Pologne, j'exprime ma grande joie", a déclaré Mgr Dziwisz à la presse après l'annonce de la date de la béatification de Jean Paul II. "Je voudrais remercier énormément le Saint-Père pour le décret nécessaire à la béatification", a-t-il ajouté.

"Personnellement, je suis impressionné, même si je le connaissais presque depuis ma jeunesse. (...) Je me suis senti troublé en apprenant que Jean-Paul II, Karol Wojtyla, sera béatifié et canonisé. J'irai vers lui encore plus souvent", a-t-il déclaré. "C'est un sentiment incroyable: j'ai compris ce qu'aurait pu ressentir l'époux d'une femme canonisée", a encore déclaré l'archêveque.

Dans un livre intitulé "Une vie avec Karol", Mgr Dziwisz avait retracé sur 230 pages les souvenirs de sa vie auprès de Karol Wojtyla, dont il fut le plus proche collaborateur pendant plus de 40 ans, d'abord à l'archevêché de Cracovie, puis au Vatican, jusqu'à la mort du pape polonais en avril 2005.

Une fierté pour la France

Jean-Paul II - 1201-3La béatification du pape est "une grande joie pour tous les catholiques et une fierté pour la France", a dit vendredi à l'AFP Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France. "Chez les catholiques du monde entier, il y a une grande vénération pour le pape Jean-Paul II mais il était aussi connu et respecté de façon universelle", a-t-il poursuivi. "C'est aussi une fierté pour les catholiques de France puisque sa béatification est liée à la guérison miraculeuse d'une soeur française, Soeur-Marie Simon-Pierre. Nous recevons là un fruit spirituel et nous en sommes à la fois fiers et émus", a dit encore Mgr Podvin. Soeur Marie Simon-Pierre, ajoute-t-il, est une femme "modeste, discrète, très attachée au pape Jean-Paul II, par sa foi et aussi parce que le Saint-Père était lui aussi atteint de la maladie de Parkinson". Mgr Podvin se dit "convaincu qu'une foule considérable viendra à Rome du monde entier pour assister à la cérémonie".

Lech Walesa doublement heureux

Le chef historique du syndicat polonais Solidarnosc Lech Walesa, un catholique fervent, s'est déclaré "doublement heureux". "Je suis doublement heureux. D'abord, parce qu'un saint homme de son vivant deviendra officiellement un saint. Ensuite, parce que nous aurons enfin un saint de notre époque, quelqu'un que nous avons bien connu", a déclaré Lech Walesa à l'AFP.

"Il se peut que notre grand ami, une fois devenu un saint, nous aidera avec son regard d'en haut à régler nos problèmes en Pologne, en Europe et dans le monde", a ajouté Lech Walesa, qui a l'habitude de porter au revers de son veston une petite image de la Vierge.

"Notre pape a fait des choses grandioses. Sans lui, il n'y aurait pas eu de solidarité en Pologne. C'est le pape polonais et Solidarnosc qui ont contribué en quelque sorte à faire disparaître au XXe siècle le communisme en Europe", a affirmé l'ancien président polonais et Prix Nobel de la paix.

(Source AFP)

 

Voir la réaction « à chaud » de Jean-Marie Guénois, journaliste au Figaro

 
 
 

 

La béatification de Jean-Paul II s'accélère

komorowski2

Après avoir été reçu, le samedi 16 octobre 2010, par le pape Benoît XVI, le président de la Pologne, Bronislaw Komorowski, a déclaré que l'un des sujets abordés a été le processus de béatification du pape Jean-Paul II. « Des signes récents nous ont fait comprendre que le processus a été récemment accéléré » a-t-il dit.

lienLire l'article du Figaro « Le pape Jean-Paul II pourrait être béatifié en 2011 »

 


 
 

Guérison de sœur Marie Simon-Pierre : rumeurs et désinformation

Soeur Marie Simon-PierreLa presse polonaise et italienne a fait état, les 4 et 5 mars 2010, de doutes de la commission médicale concernant la guérison inexpliquée de la religieuse française retenue pour constituer le miracle permettant la béatification de Jean-Paul II. Le Vatican a démenti formellement l’abandon de ce miracle dont l’étude est encore en cours. Deux médecins spécialistes s'apprêtent à rendre un rapport sur le cas de sœur Marie Simon-Pierre à leurs cinq confrères de la commission médicale qui devrait se réunir pour statuer, après Pâques. Un avis complémentaire peut alors être demandé.

 

 

lienLire l’article de Jean-Marie Guénois (Le Figaro)

lienLire un article sur le témoignage de la sœur Marie Simon-Pierre

 

lienLire l’article de Jean-Marie Guénois (Le Figaro)

lienLire un article sur le témoignage de la sœur Marie Simon-Pierre

 

 

Un débat éclairant sur KTO

Oder

A la suite des révélations de Mgr Slawomir Oder, postulateur de la cause de Jean-Paul II, dans son livre " Pourquoi il est saint : le vrai Jean-Paul II ", alors que des voix s'interrogent sur l'avancée rapide du déroulement du procès de béatification, la rédaction de KTO a souhaité éclairer cette actualité. Les papes sont-ils tous appelés à être béatifiés ? Faut-il tout révéler de la vie d'un futur bienheureux ? Peut-on déjà mesurer la fécondité spirituelle de Jean-Paul II ?

 

 

Jean- Paul II « vénérable »

Pape Benoit XVI vénérableDans la matinée du 19 décembre 2009, le pape Benoît XVI a reçu en audience Mgr Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints. A cette occasion, le pape a autorisé le dicastère à promulguer une série de décrets parmi lesquels celui concernant les vertus héroïques de son prédécesseur. Karol Wojtyla a alors été proclamé "vénérable". Le jour même, de façon exceptionnelle, le pape Benoît XVI a rencontré également les membres de la Congrégation pour les causes des saints.

Suivra ensuite la dernière étape avant la béatification proprement dite avec l’examen du miracle attribué à l’intercession de Jean Paul II. C’est le cas de la sœur française Marie Simon-Pierre, de la congrégation des Petites sœurs des maternités catholiques, guérie sans explication médicale de la maladie de Parkinson en 2005, qui passera alors devant une commission médicale, une commission de théologiens puis, enfin, la commission des évêques et cardinaux.

C’est probablement au printemps 2010 que Benoît XVI autorisera la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret reconnaissant le miracle attribué au pape polonais. Ce dernier pourra alors être béatifié.

D’aucuns indiquent que la béatification aura lieu au mois d’octobre 2010, pour marquer l’anniversaire de l’élection de Jean Paul le 16 octobre 1978.

L’Eglise répondrait ainsi dans des délais exceptionnels à l’appel lancé par des fidèles le jour de ses funérailles de faire de Jean-Paul II un "saint tout de suite" – "Santo Subito". Karol Wojtyla serait ainsi béatifié un peu plus de 5 ans après sa mort, dans des délais plus brefs encore que pour Mère Térésa de Calcutta (1910-1997), béatifiée 6 ans après sa disparition.

 

« Tout dépend du pape Benoît XVI »

Stanislaw DziwiszEn visite en Argentine, le cardinal Stanislaw Dziwisz, archevêque de Cracovie qui fut 40 ans durant le secrétaire particulier du pape Jean-Paul II, a estimé, le 18 novembre 2009, à propos de sa béatification, que « tout dépend du pape Benoît XVI ».

Lors d'une conférence à la pinacothèque de la nonciature apostolique de Buenos Aires, le cardinal Dziwisz a assuré que ni lui, ni ses confrères évêques polonais n'exerçaient de pression : « Nous ne voulons pas presser le pape. Il doit tout analyser correctement parce que lui aussi est uni à la figure de Jean-Paul II ».

A la question de savoir si Jean-Paul II avait accompli des miracles durant sa vie (qui ne sont pas analysés dans le procès comme des conditions pour la béatification), il a répondu : « Nous ne nous pouvions pas parler de cela, c'était interdit, mais maintenant il est mort, et beaucoup de choses sont enregistrées et documentées ». L'archevêque de Cracovie a pris l'exemple d'un évêque guéri d'un cancer, que certains ont présenté comme un miracle de Jean-Paul II.

 
 

 
 
 

Béatification de Jean Paul II: une nouvelle étape franchie

Jean-Paul II souriantUne nouvelle étape a été franchie lundi 16 novembre 2009, dans le processus de béatification de Jean Paul II (1978-2005), avec le vote positif de la commission composée de cardinaux et d'évêques chargée de reconnaître ses "vertus héroïques", ont rapporté des sources vaticanes.

Les participants à cette réunion ont la "bouche cousue" par le secret pontifical, mais "leur vote ne peut avoir été que favorable", selon ces sources.

Réunie à huis clos, la commission d'une quinzaine de cardinaux et d'évêques de la Congrégation pour les causes des saints a validé "l'héroïcité des vertus" de Karol Wojtyla.

Le dossier examiné par les prélats va désormais passer entre les mains de Benoît XVI, qui devrait autoriser le dicastère (ministère) à promulguer le décret reconnaissant les vertus héroïques de son prédécesseur. Karol Wojtyla serait alors proclamé "vénérable".

Viendra ensuite la dernière étape avant la béatification proprement dite, avec l'examen du "miracle" attribué à Jean-Paul II : le cas de la soeur française Marie Simon-Pierre, de la congrégation des Petites soeurs des maternités catholiques, guérie sans explication médicale de la maladie de Parkinson en 2005.

Ce cas passera devant une commission médicale, une commission de théologiens puis, enfin, la commission des évêques et cardinaux.

Benoît XVI, une fois encore, devra autoriser la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret reconnaissant le miracle attribué au pape polonais.

Ce dernier pourra alors être béatifié. D'aucuns indiquent alors que la béatification pourrait avoir lieu en octobre 2010, pour marquer l'anniversaire de l'élection de Jean-Paul le 16 octobre 1978.

Karol Wojtyla serait ainsi béatifié un peu plus de cinq ans après sa mort, dans des délais plus brefs encore que pour Mère Teresa de Calcutta (1910-1997), béatifiée six ans après sa disparition.

Le processus de béatification a été déclenché par Benoît XVI deux mois après le décès le 2 avril 2005 de son prédécesseur, un délai exceptionnellement bref.

Pendant les obsèques de Jean Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome, en avril 2005, de nombreux fidèles avaient crié "Santo Subito", réclamant que Jean Paul II soit proclamé saint sur l'heure.

Source : AFP

 


Béatification de Jean-Paul II probable en 2010

Jean-Paul II Gian Franco Svidercoschi, ami personnel du pape Jean-Paul II et auteur de nombreux livres sur sa vie, a déclaré au Vatican, lors d’une conférence de presse à l’occasion de la publication de « Un Papa que no muere », le 23 novembre 2009, qu’on pouvait estimer que la béatification du souverain pontife polonais aurait lieu fin avril ou début mai 2010.

 

Dans l’attente de la béatification

Image 10Le 07 mars 2009, le cardinal Stanislaw Dziwisz a annoncé que dans quelques mois, le Pape Jean-Paul II pourrait être béatifié. Le cardinal archevêque de Cracovie, ami et secrétaire personnel de Karol Wojtyla pendant son pontifificat a déclaré dans une interview : « Benoît XVI veut en terminer avec les précédentes pratiques. C'est le monde entier qui le demande. La préparation du "Positio" (document d'environ 2.500 pages dans lesquelles seront rassemblées les preuves de la sainteté de Karol Wojtyla ndlr) se trouvent à la Congrégation de la Cause des Saints ». « Passé le jugement des experts de la commission de théologiens, ce sera le Saint-Père à la fin qui décidera » a en outre expliqué le cardinal Dziwisz. « Ce ne sont pas seulement les chrétiens, mais aussi les autres religions qui attendent que Jean-Paul II soit béatifié », a ensuite conclu l'Archevêque de Cracovie.

Source : Eucharistie Sacrement de la Miséricorde

 
 

Béatification de Jean-Paul II: pas avant 2010

 

BéatificationLa béatification du pape Jean Paul II ne se fera pas avant 2010, soit plus tard qu’initialement prevu. En effet, le peuple polonais attendait cette action pour le printemps 2009. Le procès en béatification de Karol Wojtyla s'est ouvert deux mois après son décès. Cette décision de Benoît XVI prise très peu de temps après la mort du pape polonais a été motivée par les manifestations de dévotion exprimées à l'occasion des obsèques. Mais selon la Congrégation pour la Cause des Saints du Vatican, le Pape Jean-Paul II ne sera pas béatifié avant 2010. Daniel Ols, le rapporteur de la Congrégation chargé de mener l'enquête à la suite de la demande de béatification, a indiqué le lundi 12 janvier 2009 à l’agence polonaise “KAI”que le "positio" (études historiques et théologiques sur l'ensemble des écrits de Karol Wojtyła et de Jean-Paul II et études des témoignages) prendra encore au moins un an. Le nombre de documents à étudier, qui a été remis au vatican en mars 2008 par Monseigneur Slawomir Oder est en effet très important et il n’est pas question d’accélérer le processus. Ces documents seront présentés à des historiens et théologiens et finalement aux cardinaux et évêques. Après approbation, la décision finale concernant une éventuelle béatification sera du ressort du Pape Benoît XVI. Elle pourrait etre annoncée au plus tôt le 2 avril 2010, soit cinq années apres la mort de Jean Paul II.


(Source : www.lepetitjournal.com)

 


Jean-Paul II béatifié en 2009 ?

Le pape Jean Paul II, décédé le 2 avril 2005 pourrait être béatifié dès le printemps 2009, a estimé le défenseur de sa cause auprès du Vatican Mgr Stanislaw Oder, cité le 19 mai 2008, par l’agence de presse des évêques italiens. Mgr Oder, interrogé par l’agence SIR à Ischia (île du sud de l’Italie) où il effectuait un pèlerinage sur les traces du pape polonais, a exprimé son "espérance personnelle" que la béatification de Jean Paul II soit proclamée au printemps 2009. Le prélat, postulateur de la cause de Jean Paul II, a indiqué avoir remis son rapport à la Congrégation pour les causes des saints au Vatican, qui doit encore l’examiner.

Le procès en béatification de Karol Wojtyla s’est ouvert deux mois après son décès, à 84 ans, un délai exceptionnellement bref décidé par Benoît XVI pour répondre aux manifestations de dévotion exprimées à l’occasion des obsèques de son prédécesseur.

Sur la possibilité d'établir une date précise, le préfet de la congrégation pontificale pour les causes des saints, le cardinal José Saraiva Martins, a souligné qu'il est impossible de « faire des prévisions d'aucune sorte, car tout dépend de la bonne évolution de la cause dans toutes ses phases ».

Le cardinal Martins a répondu à la demande de certains médias de confirmer la date, en marge de la présentation à Rome du livre « Benedictus » (du vaticaniste de la RAI Giuseppe De Carli), à laquelle il venait de participer.

« Une fois que la positio a été remise à la Congrégation, que j'ai l'honneur de présider, il y a plusieurs étapes à respecter : le document doit être examiné par des historiens, des théologiens, des médecins en cas de miracle présumé, et des cardinaux ; on ne peut donc faire de prévisions », a-t-il expliqué.

Le 2 avril 2009, jour du quatrième anniversaire de la mort de Jean Paul II, est la date avancée par beaucoup. « Je dis seulement que l'on ne peut faire de prévisions, a insisté le cardinal Martins. Cela peut être à cette époque, cela peut être avant, ou après, mais raisonnablement on ne peut prévoir, car nous n'avons pas toutes les données de base ».

Après cette étude de dossier nécessaire à la congrégation pour les causes des saints, si le jugement final se révélait positif, il reviendra au pape Benoît XVI d'approuver le décret de reconnaissance des vertus héroïques permettant à Jean Paul II de recevoir le titre de ‘vénérable'. Par la suite, le procès devra démontrer l'existence d'un miracle attribué à Jean Paul par intercession après sa mort qui ouvrira alors la voie à sa béatification.

 


Sur la route de la Canonisation

communique1

 


Nouvelles du procès de béatification

Photo 17

Le préfet de la congrégation romaine pour les Causes des saints, le cardinal portugais José Saraiva Martins a confié à L'Osservatore Romano (édition en italien du 9 janvier 2008) que « Maintenant c'est la phase romaine qui est en cours, étant donné que toute la documentation recueillie à été remise à notre congrégation. On est actuellement en train d'élaborer la positio qui contiendra les parties les plus significatives du procès, ordonnées de façon systématique et organique, et nécessaires à l'évaluation des théologiens, des cardinaux, et des évêques membre du dicastère, sur l'exercice des vertus héroïques du pape Wojtyla. Une fois rédigée et imprimée, la positio sera examinée par les différents organes collégiaux de la congrégation ». Mais le préfet de cette congrégation n'envisage pas encore de délai précis.

 


lienEn savoir plus

 


Achèvement du procès diocésain de béatification

 

Béatification

 

 

Au terme de l’enquête diocésaine sur la vie, les vertus et la réputation de sainteté de Jean-Paul II, la session de clôture de cette première étape du procès de béatification a eu lieu dans la basilique Saint Jean de Latran, cathédrale du diocèse de Rome, le 2 avril 2007, jour du deuxième anniversaire de sa mort.

Le cardini Ruini a rendu un hommage à Jean-Paul II en présentant un bref profil de sa vie dont voici un extrait :

"Jean-Paul II a trouvé dans la croix le sens, l'unité et le but de sa propre vie. Tous ont été frappés par la richesse de son humanité, de sa réalisation en tant qu'homme, et encore plus significatif est le fait que cette plénitude d'humanité coïncide avec son rapport avec Dieu, en d'autres mots, avec sa sainteté. Il puisait toute sa force dans la prière. Cette prière avait deux dimensions. Dans un premier temps, celle du temps réservé exclusivement à la prière elle-même, en commençant au début de la journée avec l'adoration du matin, les louanges, la méditation et ensuite la messe, le centre de la vie pour chaque jour. Ensuite la prière dans la chapelle tout de suite après son déjeuner et après le repos de l'après midi, la récitation du Rosaire, prière qu'il aimait particulièrement, la lecture des écritures, chaque vendredi à l'heure sainte, le chemin de Croix et surtout le recueillement et l'abandon total lorsqu'il priait. La deuxième dimension de la prière est la facilité avec laquelle il unissait celle-ci au travail. Non seulement le travail était offert au Seigneur, mais il était pénétré par la prière".

 


 

 

Procès de béatification et canonisation

Depuis la promulgation de la bulle pontificale Novæ leges pro causis sanctorum de 1983, le procès en canonisation d'une personne ne peut pas intervenir avant un délai de 5 ans après la mort de cette personne. De tradition séculaire, il était possible pour le pape de déclencher la procédure de procès en canonisation immédiatement à la mort d'une personne si le peuple en faisant la demande lors par exemple de son enterrement. Lors des funérailles du pape Jean-Paul II une partie des catholiques présents ont souhaité la béatification immédiate du pape Jean-Paul II en brandissant des banderoles portant Santo subito (saint tout de suite en italien) et en criant leur demande de « santo subito ». Cependant le pape Benoît XVI a permis une dérogation à la bulle papale le 3 mai 2005 avant que ne soit ouvert le procès en béatification en la Basilique Saint-Jean de Latran le 28 juin 2005.
Le procès en béatification de Jean-Paul II ne sera sans doute pas aussi rapide que pouvaient l'espérer les fidèles qui le réclamèrent «santo subito ». Benoît XVI a même souhaité devant des Polonais ravis, lors de sa visite à Cracovie fin mai 2006, «que la providence nous accorde bientôt» sa béatification et sa canonisation.
Une page Internet est consacrée à la cause de Karol Wojtyla. Le Postulateur de la cause, Mgr.Slawomir Oder, précise que ce site "sera accessible aux témoins ayant reçu des grâces...et signalera les réunions de prière organisées de par le monde pour appuyer la cause de béatification"

(lienwww.vicariatusurbis.org ).

Près de 2 000 personnes viennent chaque jour se recueillir devant le tombeau de Jean-Paul II.

 

Rescrit de sa Sainteté Benoît XVI sur le début de la cause de béatification et de canonisation de Jean-Paul II

A la requête du très Eminent et Révérend Cardinal Camillo Ruini, Vicaire général de Sa Sainteté pour le diocèse de Rome, le Souverain Pontife BENOÎT XVI, vu les circonstances particulières qui lui ont été exposées, lors de l'audience accordée au Cardinal-Vicaire général le 28 avril de cette année 2005, a accordé une dispense de la période de cinq ans d'attente après la mort du Serviteur de Dieu Jean-Paul II (Karol Wojtyla), Souverain Pontife, de façon à ce que la cause de béatification et de canonisation du Serviteur de Dieu puisse commencer immédiatement. Nonobstant toute disposition contraire.

Donné à Rome, du siège de la Congrégation pour les Causes des Saints, le 9 mai de l'Année du Seigneur 2005.

José Card. SARAIVA MARTINS
Préfet

S.Exc. Mgr EDWARD NOWAK
Archevêque titulaire de Luni Secrétaire


 

Ouverture de la cause de béatification de Jean-Paul II : Homélie du card. Ruini

Le cardinal Camillo Ruini, vicaire du pape pour Rome, juge ordinaire du Tribunal diocésain, a prononcé une homélie, le 28 juin 2005, lors de l'ouverture du procès diocésain de béatification de Jean-Paul II.

lienHomélie du cardinal Camillo Ruini

 
Adhésion à la Fondation Jean-Paul II
LIBRAIRIE EN LIGNE
LIBRAIRIE
Une caméra fixe devant la tombe du saint


lienWebcam
Tombe de Jean-Paul II
ACTUALITE

Andrea-Riccardi

Biographie en MP3

 

lienEn savoir plus


Le récit du voyage en Italie

 

lienEn savoir plus

Duomo de Florence

N'ayez pas peur

L'aventure
de la foi

 

lienEn savoir plus


Un buste dégageant la sérénité

 

lienEn savoir plus

Buste Jean-Paul II

Statue à Angers

Pour les étudiants d'Angers

 

lienEn savoir plus


Totus Tuus

Image du bienheureux

 

lienEn savoir plus


Livret de la cérémonie de béatification

 

lienEn savoir plus

Affiche - N'ayez pas peur

Mon bien-aimé prédécesseur

Benoît XVI
fait découvrir
Jean-Paul II

 

lienEn savoir plus


La béatification en direct

 

lienEn savoir plus

Jean-Paul II

Jean-Paul II

Suivre la béatification en direct

 

lienEn savoir plus


Compagnons de voyages

 

lienEn savoir plus

Compagni di viaggo


L'athlète de Dieu - Le bienheureux Jean-Paul II

Un récit pour les jeunes

 

lienEn savoir plus


A l'aide de la peinture

 

lienEn savoir plus

Raphaël Toussaint

jp2-122102-2

Vos témoignages

 

lienEn savoir plus


Un site internet officiel

 

lienEn savoir plus

Jean Paul II - 110214-2

Le vra Jean-Paul II

Jean-Paul II :
le mystique

 

lienEn savoir plus


Le mariage :
une vocation

 

lienEn savoir plus

La spiritualité conjugale

Jésus miséricorde

Jean-Paul II et la Divine
Miséricorde

lienEn savoir plus


Alcalá de Henares

 

lienEn savoir plus

Alcala de Henares

Statue à Mexico

México

 

lienEn savoir plus


Création de

Jiménez Derediar

 

lienEn savoir plus

Jiménez Deredia

Jean-Paul II et enfant

Le défenseur de la vie

 

lienEn savoir plus


Une place à Nice

 

lienEn savoir plus

Place JeanPaul II

Cérémoniaire des Papes

Le liturgiste du pape témoigne

 

lienEn savoir plus


La foi,
le chemin,
l’amitié

 

lienEn savoir plus

Karol Wojty jeune

Perché è santos

Le vrai
Jean-Paul II

 

lienEn savoir plus


Comprendre de l'intérieur

 

lienEn savoir plus

Jean-Paul II Témoin de l'espérance

Unavida

Entretien avec Mgr Dziwisz

 

lienEn savoir plus


Nombreuses statues en Pologne

 

lienEn savoir plus

 

Kalist

Jean-Paul II en prière

La voie de sainteté

 

lienVoir la vidéo


Tout à toi

 

lienEn savoir plus

Prier 15 jours avec Jean-Paul II

Jean Michel Jarre - Solidarnosc

Jean-Michel Jarre : concerts pour le pape

lienEn savoir plus


Et le mur tomba

lienEn savoir plus

1989 - Le mur de Berlin

Karol

Karol séminariste
"clandestin"

lienEn savoir plus


L'appel à la vocation

lienEn savoir plus

Séminariste

Un Papa che non muero

Un pape qui ne meurt pas

lienEn savoir plus


Le gâteau préféré de Lolek

lienEn savoir plus

Kremowka

Jean-Paul II professeur d'Amour

La sainteté de l'amour humain

lienEn savoir plus


Le visage de l'amour

lienVoir la vidéo

Jean-Paul II

Olivier

L'olivier fécond

lienEn savoir plus


L'amour profond
pour Marie


lienEn savoir plus

Les miracles de Marie

Jean-Paul II nous parle du Curé d'Ars

La vision
du prêtre
de Jean-Paul II

 

lienEn savoir plus


Un spectacle
théâtral
de qualité

lienEn savoir plus

Jean-Paul II Santo Subito

Jean Paul II et Joaquin Navarro-Valls

Rencontre avec le porte-parole du pape

lienEn savoir plus


Plus qu'une hypothèse

 

lienEn savoir plus

Darwin - L'Origine des espèces

Guérison

Une guérison attribuée à
Jean-Paul II

 

lienVoir la vidéo


Ali Agca catholique ?

 

lienEn savoir plus

Ali Agca

Choeurs de l'Armée Rouge

L'Armée rouge chante pour Jean-Paul II

 

lienVoir la vidéo


La Poste Polonaise expose

 

lienEn savoir plus

Timbre Jean-Paul II

Tu es Pierre

La continuité de l'Eglise

 

lienAcheter le DVD


Sollicitude envers l'Afrique

 

lienEn savoir plus

Pape_blanc_et_africain

sofia_loren

Sophia Loren s'engage

 

lienEn savoir plus


Dans l'attente de la béatification

 

lienEn savoir plus

Image 10

Jean_Paul II

La journée de la Fondation
Jean-Paul II

 

lienEn savoir plus


Béatification d'ici un an


lienEn savoir plus
Béatification

medaille_verso Médaille commémorative


lienEn savoir plus

Chants et voix du Pape


lienEn savoir plus

CD

Amore infinito Ses plus belles poésies chantées


lienAcheter le CD

Basilique Saint-Paul-hors-les-murs
Statue

Institut Catholique de Toulouse Personnalisme de Jean-Paul II


lienEn savoir plus

Parvis
Jean-Paul II

à Douai


lienEn savoir plus

inauguration_douai_p

buste_jp2-a_p Buste réalisé par
Maud du Jeu



lienEn savoir plus

Hommage à Castelnau-le-Lez (Hérault)

lienEn savoir plus
buste_p

assemblee_nationale_p La Démocratie selon
Jean-Paul II



lienEn savoir plus

St Mary's Cathedral de Sydney

lienEn savoir plus
statue10

jp_158 Jean-Paul II béatifié en 2009 ?


lienEn savoir plus

Témoignage du cérémoniaire du Pape

lienEn savoir plus
vegia_p

livre_jp2_pape_personnaliste Introduction au personnalisme de Jean-Paul II


lienAcheter le livre

Une pensée aux multiples aspects

lienAcheter le livre
livre_mon_dernier_livre

wadowice1999 Sur la route de la Canonisation


lienEn savoir plus

La nouveauté lumineuse de "Personne et acte"

lienEn savoir plus
liberte_et_verite

mgrdifalco_p Témoignage
de Mgr Jean-
Michel di Falco



lienEn savoir plus

Prier le Rosaire avec le Pape à Lourdes

lienVoir le film
Rosario

Bulletin 19 Edition française du Bulletin de la Fondation


lienLire le bulletin

Un DVD célébrant la voix du Pape

lienEn savoir plus

lienAcheter le DVD
Santo Subito

Le Pape en privé Dans l'intimité du Pape

lienEn savoir plus

Récits
et
témoignages



lienAcheter le livre
Les miracles

Abba Pater Vers la maison du Père céleste

lienEcouter le Pape chanter le Pater

Statue érigée à La Valette (Malte) Statue Malte

Eternité Poèmes du Pape sur les plus belles musiques classiques

lienEcouter des extraits

Fruit d'une enquête de terrain

lienEn savoir plus
Le Pape qui fut chuter Lénine

Credo Emotion dans
la voix et
les images


lienAcheter le DVD

Film de
John Harrison avec
Jon Voight



lienAcheter le DVD
Le Pape Jean-Paul II

Exposition Jean-Paul II Exposition
à Osny

(Val-d'Oise)


lienEn savoir plus

Mémoires du secrétaire de Jean-Paul II

lienLire des extraits
lienAcheter le livre
Dziwisz - Une vie avec Karol

N'ayez pas peur Spectacle de

Robert Hossein
&
Alain Decaux


lienEn savoir plus

Pour un
premier bilan
théologique


lienEn savoir plus
Héritage

Esprit Jean-Paul II
et l'Europe


vu par
Philippe Portier


lienEn savoir plus

Jean-Paul II et la culture contemporaine Colloque à l'UNESCO


lienEn savoir plus

Témoignage
de
Mgr Angelo Comastri


lienEn savoir plus
Tombeau de Jean-Paul II.jpg

La vérité Une nouvelle thèse sur l'attentat


lienEn savoir plus